Projet en création

Tout ce que j’aimais

Tout ce que j’aimais est un voyage dans les labyrinthes de l’âme.

Tout commence par la rencontre de Bill, artiste plasticien et de Léo, critique d’art. Une amitié profonde, des vies jumelles, les naissances quasi simultanées de leurs garçons Matt et Mark ; tout semble sourire aux deux familles. Mais leur destin bascule avec  la mort accidentellde Matpendanun camp de vacances. 

La folie, tapie dans lombre jusqu’alors, affleure et transforme  irrémédiablement ceux qui restent. Mark s’enfonce dans une adolescence tourmentée. Par son comportement énigmatique, la fréquentation malsaine de Teddy Giles, inquiétant performeur, il  plonge les adultes qui l’entourent dans le plus profond désarroi. Comment le sauver d’une destruction programmée ? Où est la vérité?

Tout ce que j’aimais est une boîte de Pandore qui explore les thèmes de la parentalité, de l’identité qui nous échappe, de la poreuse et fragile frontière entre normalité et folie.

En plaçant le récit dans l’intimité de l’atelier de Bill, cette adaptation du roman de Siri Hustvedt par la compagnie Vagu’Only invite le spectateur au coeur d’une vertigineuse mise en abîme de nos désirs.

A partir du roman Tout ce que j’aimais de Siri Hustevdt
traduit de l’américain par Christine Le Bœuf, © Actes Sud 2003
Adaptation et mise en scène Gaëlle Lebert
Assistanat et collaboration artistique Rama Grinberg
Images Nathan Nicholovitch, Frédéric Lefebvre et Yuta Arima
Vidéo Jean-Christophe Aubert
Son Jean-Louis Bardeau
Lumière Bruno Brinas
Scénographie Blandine Vieillot
Avec
Gwendal Anglade
Mikaël Maino
Rama Grinberg
Gaëlle Lebert
Pierre Grammont

PRODUCTION en cours / Télécharger le dossier
Compagnie Vagu’Only

CALENDRIER en construction

Résidence du 4 au 8 Novembre 2019 à la Maison Maria Casarès à Alloue (16)

Résidence du 7 au 16 décembre 2020 au TGP, CDN de Saint-Denis (93)
Sortie de résidence le 16 décembre 2020 au TGP

Résidence du 11 au 16 janvier 2021 au Théâtre de Barbezieux (16)

Résidence aux Carmes à la Rochefoucauld 18 au 24 janvier 2021(16)

Résidence à La Canopée 18 février au 3 mars 2021 (16)

Création à La Canopée jeudi 4 mars 2021(16)

Représentation aux Carmes à la Rochefoucauld mardi 9 mars 2021(16)

TRANSMISSIONS

Ce projet permet d’enclencher un important travail de médiation autour de la maladie mentale et des troubles du comportement. On ne sait pas si Mark est bipolaire, TDAH ou schizophrène. Or la maladie mentale nous touche tous, de près ou de loin : on a tous un enfant hyperactif ou une mère Alzeihmer. Avec Tout ce que j’aimais, nous proposons de déplacer le regard. Déplacer le regard, c’est le plus puissant moteur de la transformation sociale. C’est réjouissant. C’est politique. La création et les temps de résidences sont l’occasion de proposer des rencontres, des ateliers de pratique théâtrale et d’écriture autour de ces sujets.
Téléchargez le dossier complet des actions de médiations

COMMENT VOUS VOYEZ-VOUS ? QUE DÉSIREZ-VOUS ?
Autour du spectacle, la Compagnie Vagu’Only propose une petite forme simple, animé par l’écrivaine Isabelle Buisson et par la comédienne Gaëlle Lebert. Elle est destinée à tous mais peut particulièrement s’adapter aux milieux psychiatriques, hospitaliers, pénitentiaires.
Téléchargez le dossier de la petite forme

TOUT CE QUE J’AIMAIS, UN PROJET PARTICIPATIF
Le récit se concentre autour du personnage de l’adolescent : Mark ment, Mark ne s’entend pas avec sa belle-mère, Mark disparaît des jours entiers, Mark veut juste sortir et voir ses potes, Mark a de mauvais résultats scolaires, Mark a sans doute été perturbé par la mort de son ami Matt et par la séparation de ses parents, Mark est peut-être schizophrène, hyperactif, Mark est peut-être drogué, Mark est en danger : il faut sauver Mark. Pour les adolescents comme pour les adultes que nous sommes, l’identification est facile. Mais notre travail est aussi désir de rencontre. Nous n’imaginons pas réaliser cette création sans associer des adolescents, des vrais, à notre réflexion. Notre démarche est aussi animée par le souci d’effet de réel : pour nous, le théâtre contemporain a besoin de sortir du plateau, d’aller puiser dans la vie, au dehors, dans la rue, dans le réel.  Nous souhaitons faire surgir ces adolescents sur le plateau par le biais de la vidéo, comme une poussée de réel, comme un cadre qu’on élargit soudain. Et pour cela, nous proposons, avec la complicité de nos partenaires co-producteurs, de les associer à notre travail et en particulier à notre création vidéo.

Téléchargez le dossier de la création vidéo avec les lycéens

Extraits de la sortie de résidence / Maison Maria Casarès.

Novembre 2019 

ON A TOUS PERDU QUELQUE CHOSE. UN ÊTRE CHER. NOTRE JEUNESSE. LE TEMPS QUI PASSE. ON CONNAÎT TOUS LA PERTE, LE MANQUE. MAIS CELA DEVIENT TERRIBLE QUAND APPARAÎT SOUDAIN LA QUESTION : QU’AVONS-NOUS PERDU EXACTEMENT ?

C’ETAIT QUOI, CE QUE J’AIMAIS ?